Mes résumés de livres en italien pour travailler la compréhension écrite

Mes résumés de livres en italien pour travailler la compréhension écrite

09/05/2019 0 Par Arzu

LIBRITALIANO,

c’est une série d’emails que j’ai lancée pour t’aider à travailler ta compréhension écrite, à enrichir ton vocabulaire et à lire un livre en italien de manière efficace.

 

Tu le sais, lire des livres en italien (VO) est l’un des meilleurs moyens d’apprendre du vocabulaire dans une langue (étrangère ou maternelle), à condition que l’on s’y prenne bien.

Mais ça reste tout de même assez difficile puisque l’on se rend compte que l’on passe son temps avec le dictionnaire plutôt qu’avec le livre, que l’on s’arrête à chaque page voire à chaque ligne pour connaître la traduction française de chaque mot, et pire encore, que l’on ne retient absolument pas tous les nouveaux termes que l’on découvre à chaque lecture.

 

Et justement, il ne faut pas essayer de comprendre tous les mots.

Il faut se concentrer sur l’histoire générale et passer outre les mots et expressions que l’on n’a jamais rencontrés auparavant, même si on aimerait savoir leur équivalent en français.

Tu n’as pas besoin de tout comprendre mot à mot pour arriver à suivre l’intrigue puisque le contexte et les autres termes que tu connais déjà sont là pour t’aider à ne pas décrocher et à poursuivre ta lecture sans difficulté.

Je ne dis pas que tu ne vas jamais rester bloqué.e sur 1 ou 2 termes lorsque tu lis un livre en italien. Évidemment que ça peut arriver, et tu vas donc devoir te servir d’un dictionnaire pour mieux comprendre un passage.

Mais comme je viens de te le dire, ça ne devrait t’arriver que 2 ou 3 fois. Pas à chaque page. Et encore moins à chaque ligne.

 

lire des livres en italien pour travailler la compréhension écrite

Le but premier de la lecture, c’est de lire. Point.

Pas de s’arrêter 384 fois pour vérifier le sens ou l’orthographe d’un mot.

Quand on ouvre un livre en VO (même dans sa langue maternelle), il faut juste lire et s’intéresser à l’intrigue, sans se focaliser sur la grammaire, la conjugaison, les accords, les nouveaux mots, etc.

 

Ce n’est que comme ça que tu pourras apprendre du nouveau vocabulaire grâce à la lecture.

En arrêtant de penser systématiquement aux mots et en te concentrant sur l’histoire, tu vas inconsciemment remarquer que certains termes sont récurrents et que tu arrives à les reconnaître et à les comprendre tout au long de ta lecture.

Et c’est seulement là que tu vas t’arrêter et noter sur ton carnet ce mot ou cette expression et que tu vas t’informer dessus (traduction, histoire et origines, synonymes, antonymes, exemples, etc.).

C’est en passant du temps avec ce mot ou cette expression que tu vas te l’approprier et que tu vas l’assimiler, et donc l’apprendre.

 

Et un jour, pas si éloigné que ça, tu vas te rendre compte que tu utilises toi-même ce mot ou cette expression, que lorsque tu l’entends de la bouche d’un Italien ou d’une Italienne tu le/la reconnais et comprends.

C’est le processus qui se met en place pour ma part à chaque fois que je lis un livre en italien.

Il y a toujours 2/3 nouveaux termes qui attirent mon attention de par leur intérêt dans l’histoire, puis ce nouveau vocabulaire entre dans ma mémoire de par sa répétition tout au long du livre et je le retrouve ensuite dans ma vie quotidienne de façon naturelle, sans avoir forcément cherché à le retenir.

 

Prenons l’exemple de ma lecture de L’amica geniale qui fait partie de mon atelier de lecture en italien.

J’ai vite repéré une expression que je n’avais jamais lue ni vue ou entendue en italien mais je n’ai toutefois pas stoppé ma lecture la première fois car le contexte m’a aidé à comprendre le sens.

Ce n’est que lorsque je l’ai relue plusieurs fois les jours suivants que j’ai fini par me dire que c’était peut-être une expression importante (dans le sens populaire, commune et utilisée par toutes et tous).

Étant donné que je ne l’avais jamais rencontrée depuis que je vis en Italie, j’ai tout de suite voulu savoir si ce n’était pas plutôt un régionalisme (l’histoire se déroule à Naples donc c’est possible) et j’ai découvert que non !

 

J’arrête le suspense et te révèle l’expression : AVERE IL MARCHESE. Et c’est tout simplement un synonyme de AVERE IL CICLO ou AVERE LE SUE COSE.

Tout ça pour te dire que l’on apprend toujours de nouveaux mots en lisant, même quand on a un très bon niveau en italien comme moi.

C’est aussi l’occasion pour moi de te rappeler l’importance de la lecture pour acquérir du nouveau vocabulaire, oui, mais aussi et surtout de la bonne méthode pour retenir réellement ce nouveau vocabulaire et le réemployer.

Ce n’est pas la peine d’avoir une liste de 100 ou 1 000 mots pour chaque livre.

Il vaut mieux apprendre seulement 5 mots à chaque nouveau livre en VO et réussir à les réutiliser ensuite plutôt que de noter une centaine de termes, perdre son temps et en retenir au mieux 2, au pire 0.

 

lire des livres en italien pour travailler la compréhension écrite

LIBRITALIANO va te donner envie de lire des livres en italien pour :

1/ plonger véritablement dans l’univers de l’auteur ou de l’autrice car la traduction française (ou autre) ne sera jamais égale à l’œuvre principale (c’est une traductrice qui te dit ça !) ;

2/ améliorer ton niveau et acquérir du vocabulaire nouveau en italien grâce à la compréhension écrite.

 

À travers ces emails, je vais te préparer à la lecture de romans italiens en te résumant un livre que j’ai lu en VO et en te donnant mon avis.

Et j’ai choisi de te parler de ces livres en italien pour que l’exercice soit vraiment pratique !

Je vais essayer de ne pas employer trop de mots compliqués et littéraires parce que je ne connais pas le niveau d’italien de toutes les personnes qui me suivent, et je ne veux décourager personne (au contraire !).

 

Dans tous les cas, il y a aura forcément un moment où tu ne comprendras pas un terme ou une expression, et je te conseille alors de ne surtout pas te jeter sur un dictionnaire bilingue ou unilingue pour découvrir sa traduction.

Si tu fais ça, mes emails n’auront aucun intérêt et tu ferais mieux de ne pas les lire.

 

Le but ici est de t’entraîner à lire des livres en italien, mais aussi tout type de textes.

Et lire, que ce soit en italien ou dans ta langue maternelle, ne signifie absolument pas comprendre tous les mots de chaque ligne. MAIS ALORS, PAS DU TOUT.

Même en lisant en français, il se peut que tu tombes sur un mot que tu n’as jamais lu ou entendu de ta vie, mais ce dernier ne vas pas t’empêcher de comprendre l’intrigue ni de poursuivre ta lecture.

C’est pareil en italien, et dans n’importe quelle autre langue étrangère.

 

Lire, c’est juste comprendre l’histoire. Et rien d’autre.

Le contexte et les autres termes aux alentours seront là pour t’aider à cerner le mot en question.

Il suffit que tu acceptes de ne pas comprendre du premier coup, que tu t’arrêtes et relises la phrase ou le passage autant de fois que nécessaire.

Il se peut que tu doives analyser le mot mais c’est justement en passant du temps à essayer de le comprendre par toi-même que tu vas finir par véritablement le comprendre = l’assimiler et le retenir inconsciemment, sans t’en rendre compte.

Alors si cette nouvelle aventure te donne envie, je te laisse découvrir ma première recensione (L’amica geniale, ELENA FERRANTE) et te donne rendez-vous chaque vendredi par email pour lire les suivantes et améliorer ta compréhension écrite !

 

Il suffit de faire partie du club privé pour recevoir mes résumés de livres en italien :

REJOINDRE LE CLUB PRIVÉ

 

Si cet article t’a plu, n’oublie pas de le partager sur tes réseaux sociaux, d’épingler l’une des images ci-dessus sur Pinterest et de me dire en commentaire ou par email ce qui t’empêche d’apprendre l’italien et/ou d’améliorer ton niveau !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  • 70
  •